Maquis de Saint Bonnet de Joux et Saint Julien de Civry

 

Le 1er Bataillon du Charollais: Les maquis de Saint Bonnet de Joux, Mornay et Saint Julien de Civry

 

                  Organisé en sizaine depuis plusieurs mois par René Flechard, une centaine d'hommes se retrouve à l'aube du 6 juin 1944 pour former la base du maquis des maquis de Saint Bonnet de Joux et de Saint Julien de Civry.

 

               La première action de ce groupe depuis le débarquement est la prise de l'observatoire allemand de Suin. Ce poste de guet installé dans cette région de maquis aurait pu être gênant.

Le 10 juin, sans combattre, mais grâce à un habile coup de bluff les 11 allemands (« de vieux combattants peu farouches » selon R.Flechard) défendant l'observatoire se rendent. Les chefs de maquis leur faisant croire que 1000 maquisards encerclaient la montagne. Ces hommes seront gardés comme prisonniers et assureront les corvées du maquis.

Du 10 au 20 Juin le Charollais est marqué par de nombreuses attaques allemandes.

Ainsi le 14, en représailles de la prise de l'observatoire, les Allemands investissent Suin, tuent le maire et brûlent sa maison.

Le même jour, ils sont à Saint Bonnet de Joux, ils pillent le village, brûlent des maisons (dont une avec sa propriétaire à l'intérieur).Ce jour-ci le chef régional FFI, le Capitaine de la Ferté, tombe dans une embuscade en arrivant à Saint Bonnet. Il s'échappe sous les balles allemandes miraculeusement.

4 jours plus tard les Allemands sont de retour à Saint Bonnet et déporte le Marquis de La Guiche et son chauffeur.


C'est aussi à cette période que s'organise le maquis, ainsi 3 sections sont d'abord formées auxquelles s'ajouteront 3 autres devant l'arrivée accrues de volontaires pour le maquis.

En voici l'organigramme:

René Flechard (Chef)

I

Julien Pauty (Adjoint)

I

-1ère section: Gendarme Paris

-2ème section: Gendarme Delpra

-3ème section: Marcel Morestin

-4ème section: Jean Devaivre

-5ème section: Gendarme Albert Louet

-6ème section: Roger Guidollet


-Section de transport: Fevrier (Duty)

+un Groupe de Saboteur


Les gestionnaires sont le Capitaine Ballot et son adjoint Charles Raudier.

Le Sergent Laronze s'occupe de la formation des recrues.


                               L'été 44 est marqué par la multiplication des embuscades, principalement sur l'axe Paray le Monial / Genelard, des sabotages et des périodes d'entrainement.

Le maquis sera présent au parachutage de Mont-Cortevaix à Ameugny, à la Bataille du Bois-Clair le 11 août à Cluny.

Le 17 août un officier allemand est capturé .

Le lendemain le maquis participe à un parachutage à Martigny le Comte.

Le 22 août est une journées sanglante pour le maquis de Saint Julien de Civry. L'attaque d'un train de déporté en gare de Paray tourne à la catastrophe. La présence inattendue d'un train rempli de SS met la maquis dans une situation délicate. Quand les FFI parviennent à se retirer ils laissent 30 des leurs aux mains des Allemands. 28 seront massacrés et 2 autres déportés (les plus jeunes).De plus, un civil est tué et 3 maisons brûlées.

Le même jours le maquis de St Bonnet attaque Génelard en collaboration avec le maquis de Sylla. Il y perdra un homme: le Lieutenant Guidollet.


Le 25, il participe à un parachutage à Saint Martin de Salencey.


La fin août est marquée par le harcèlement quotidien des troupes allemandes en retraite. Et début Septembre ces maquisards participent à la libération d'Autun.


Après la libération, le maquis de Saint Bonnet cantonne au château de La Clayette avec environ 100 prisonniers. 20 des 306 maquisards s'engagent dans le Commando de Cluny.


Le maquis est dissous le 20 Septembre 1944.







 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×