la libération de Montceau les Mines: La Bataille de Galuzot

La nuit du 5 et 6 septembre 1944, les troupes d’occupation allemande quittent Montceau les Mines, le 2° Bataillon de du Charollais prend alors position dans la ville.

Rapidement l’arrivé d’un train allemand est signalé sur l’axe ferroviaire Paray-Montceau. La voie est aussitôt coupée au niveau du Pont de Galuzot au carrefour de la voie ferrée, de la RN 74 et du Canal du Centre. A l’arrivée du train, l’affrontement commence entre ses occupants et les 2° et 3° Bataillons du Charollais, une compagnie du Maquis de Sylla et deux sticks SAS (Special Air Servce). Après quelques combats, les lieutenants SAS Porot et Rouan négocient avec un médecin militaire allemand la reddition ennemie. Néanmoins, la bataille reprend à l’arrivée d’une colonne de véhicules ennemis sur l’axe routier et d’un second train convoyant des soldats SS ainsi que des véhicules et matériels lourds (Chars, batteries anti-aérienne). C’est l’envoi de prisonniers allemands pour négocier une seconde fois qui met fin à l’engagement armé.  

Après avoir réuni les ennemis, rattrapé les fuyards et « épuré » la ville des derniers Allemands cachés, les prisonniers sont conduit au vélodrome avant d’être placés en détention aux fours de Brünck.

Montceau les Mines est libre.

 

La Bataille de Galuzot pour la libération de Montceau les Mines a coûté la vie à 2 FFI. Du coté ennemi, l’ancien occupant déplore 14 morts, environ 30 blessés et entre 500 et 600 prisonniers. Tout le matériel militaire et civil convoyé est récupéré par les maquis et SAS.

 

Les photographies présentées ont été prises après la bataille, lors de la récupération du matériel lourd perdu par les Allemands. Le train visible est donc le second parvenu à l’embuscade au Pont de Galuzot. Le char est l’un des deux embarqués sur le train. Il s’agit d’une base de char Renault français auquel on a ajouté une tourelle tchèque. Ce genre de montage était courant au début du conflit face à la nécessité de l’usage des blindés, toutefois ils se sont montrés obsolètes dès leur mise en service.

Les soldats visibles sur les 2 photos sont les SAS des sticks Porot et Rouan ainsi que des Maquisards.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site